E-mail Démarrage
Galerie de photos
Orques
Dessins Liens Liens
E-mail
Démarrage
Les Photos Orques Les Dessins Bonus Les Liens

Mesurez votre audience  

Orques Roi des Mers

 

Cet animal est désigné par plusieurs noms : orque, baleine, épaulard…C'est un grand carnassier.

Les orques vivent en bandes de 5 à 30 individus. Un petit groupe se compose d'un mâle et de plusieurs femelles avec des jeunes. Un groupe plus important compte 2 ou 3 mâles adultes. Les orques vivent aussi dans un cercle familial. Le membre conducteur de la famille est en règle générale la plus vieille femelle. Parfois, ce sont les mâles puissants qui guident la file. Leur vitesse de nage varie entre 13 et 20 km/heure. Les termes « vaches » ou « taureau » sont sans doute exacts d'un point de vue biologique, mais ne sont pas adaptés à ce type d'animal si gracieux à mon avis. De plus les orques sont monogames, c'est à dire qu'un mâle reste toute sa vie avec la même femelle. C'est une belle fidélité ! 

Maintenant pour parler un peu de chiffres : la durée de vie des orques est d'environ 35 ans en liberté et beaucoup moins en captivité. A l'âge adulte les mâles mesurent environ 9 mètres et les femelles 6 mètres. La nageoire dorsale peut atteindre les 1,80 mètres. Le poids peut varier entre 900 et 4000 kilogrammes. Comme sur la photo ci-dessous, l'orque a le dos noir et le ventre est tacheté de blanc. L'épaulard mâle se reconnaît à sa nageoire haute et effilée ( comme sur la photo ci dessous ) et celle de la femelle est plus petite et elle est recourbée. L'épaulard est armé de 40 à 50 dents pointues et recourbées vers l'arrière, ce qui lui assure une prise solide.

Le regroupement de plusieurs animaux permet la communication. Les orques ont certes un langage assez unifié, mais les dialectes sont différents d'un groupe familial à un autre. C'est un peu comme chez nous, entre les différentes régions. Sous l'eau, on peut entendre le sifflement à des kilomètres à la ronde. C'est ainsi que les bandes ou les groupes sont informés de la position de chacun. Parfois, on assiste à de véritables réunions de famille. Je peux ajouter que ces animaux ont un cerveau très développé ( supérieur au nôtre ).

Charger la grande image

Le mâle atteint sa maturité sexuelle entre 10 et 16 ans, la femelle deux ans plus tôt environ. L'accouplement est précédé par une sorte de parade nuptiale. Chaque mâle s'accouple avec plusieurs femelles. Au terme d'une gestation de 12 mois, naît un seul jeune, vers le mois de novembre ou de décembre. A sa venu au monde, il mesure environ 2 mètres. Il tête sa mère pendant environ un an, mais demeure après d'elle durant plusieurs années. Une femelle ne s'accouple de nouveau que 3 à 8 ans après avoir mis bas. 

Les orques se nourrissent presque exclusivement de gros poissons. Le saumon et la petite morue font partie de leurs plats favoris. Certaines orques dans d'autres régions chassent également les phoques. En revanche, et pour démentir certaines rumeurs, les orques n'attaquent jamais les hommes. Aucun élément ne permet de prouver que ces animaux s'en sont pris un jour ou l'autre aux hommes. Les orques savent parfaitement faire la différence entre les hommes et les phoques ou encore les poissons. Si un homme se faisait un jour attaquer par une orque, ce serait certainement parce qu'il a cherché à attaquer le groupe familial et que l'orque a voulu protéger sa famille.

Les différentes techniques de chasse des orques. ( Remerciement à Pierre ODIN, qui m'a donné toutes ces informations concernant les techniques de chasse ).

Les chasses aux phoques : dans les eaux glacées de l'Arctique, les orques chassent entre les icebergs, par petits groupes de 3 à 4 individus. Dans un premier temps, elles sortent discrètement leurs têtes hors de l'eau pour observer leur proie ( un phoque somnolant sur la banquise ). Ensuite deux d'entre elles font basculer le bloc de glace à grands coups de charges et de coups de queue ; le phoque, pris de panique, se jette à l'eau et tombe dans la gueule d'un troisième prédateur. Le phoque est partagé sur place entre les 3 membres du groupe.

    

Dans le sud de l'océan Indien ( à la limite de l'océan Antarctique ) les orques chassent aussi le phoque avec d'autres techniques. Dans les îles Crozet,  les orques viennent chaque année chasser les phoques. Chaque troupe chasse et exploite ses ressources dans sa baie, plage, crique... Leur technique : La femelle doyenne ( = chef ) s'approche à découvert de la plage pour attirer l'attention des proies. Deux autres femelles la suivent en écoutant les éclaboussures pour bien repérer leur victime. Un grand mâle circule à l'entrée de la baie, "toutes voiles dehors" pour barrer la route à ceux qui essayeraient de prendre le large. La doyenne fait demi-tour et, rendue un peu plus loin, lance le signal de l'attaque. Les deux femelles restées près de la plage foncent et se jettent sur les phoques ( elles sortent au 2/3 de l'eau ). Avec quelques acrobaties ( répétées depuis plusieurs mois déjà ), elles parviennent a revenir vers le large où elles partagent la proie.

En Argentine les hauts plateaux de la Pampa plongent directement dans la mer ce qui donne naissance à de longues plages en pente où s' entassent les colonies de lions de mer ( = otaries ). Les orques chassent individuellement ( plus rarement par deux ). Le premier repère une proie et, restant bien visible, indique son emplacement précis à son coéquipier qui le devance profil bas. Celui-ci avance jusqu'à la plage, prend de la vitesse et, en arquant son corps, profite de la vague suivante et dérape jusque sur la rive, puis se saisit de sa proie dans un jaillissement d'écume. Le relief en pente permet aux orques de s'avancer très près de leurs proies ( en sortant aux 3/4 de l'eau ). La proie est ramenée au large où elle fera l'objet d'un jouet pour les jeunes avant d'être partagée et ingurgitée.  

 

Si l'on observe les orques, on peut constater qu'ils s'adaptent parfaitement bien à leur environnement. Ils sont considérés comme les rois des mers. Les orques dégagent intelligence et dignité. On a l'impression qu'elles ont été peintes. Le contraste entre le noir et le blanc accentue cette impression. À cela s'ajoutent leurs déplacements agiles. En un rien de temps, elles sont capables de prendre de la vitesse tout en restant gracieux sous l'eau.

Si j'ai réussi à éveiller en vous de l'intérêt pour les orques, je ne peux que m'en réjouir, car ces animaux méritent toute notre attention. Bien que cela soit interdit, ils sont encore chassés en certains endroits. Quelques pêcheurs ont en effet peur que les orques dévorent les autres poissons.

Il serait temps d'ouvrir les yeux sur la réalité.

Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des e-mail pour me féliciter pour ces quelques pages, qui m'ont donné des conseils et qui m'ont fait des remarques plutôt intéressantes. Parmi ceux qui m'ont donné des conseils et faits des remarques, je veux citer Pierre ODIN (les techniques de chasse de l'orque), eminem50, Sandrine, Marc Antoine et bien d'autres. 

     

Merci à tous

Christelle